Vanité

Écrit et mis en scène par Vincent Breton 


« Nous ne parlons qu’aux heures où nous ne vivons pas, dans les moments où ​nous ne ​voulons pas apercevoir nos frères et où nous nous sentons à une grande distance de la réalité. Et dès que nous parlons, quelque chose nous prévient que des portes divines se ferment quelque part. » Maeterlinck

Quelle fonction a la parole dans l’intimité de deux personnes ? Exploration, représentation, expression, domination ?
Un homme rentre du travail. Elle l’attend, bien décidée à attaquer de front la question de la sincérité de leur amour, et ne laissera rien passer. Elle dénonce un amour faux, convenu, commun, et exige de lui des réponses, la fin du mystère, la révélation d’une dépendance totale et inconditionnelle, qu’il ne peut lui offrir. Il n’a que son amour, simple et pragmatique.

Alors qu’elle use d’images élaborées, de contournements pour finir dans des attaques frontales, il tente différentes stratégies : lui répondre sur son terrain à elle – celui de la violence –, lui parler du mal qu’elle lui fait puis lui montrer son amour malgré cela.
À mesure de forer plus profondément dans le langage de leur amour, dans ses doutes et son besoin excessif d’attention, elle finit par fendiller puis faire voler en éclat tout ce pour quoi elle se bat.
Nous entamons par là un travail sur le couple, ce système qui vit de mouvements entre soi et l’autre, de dynamiques qui semblent nous changer beaucoup, peut-être moins qu’on ne pense. L’autre est autre. Qui suis-je ?

Avec 
Claire Duburcq et Ivan Márquez

Durée : 1h

S’abonner à notre Newsletter

Suivez-nous

©Compagnie 15 000 cm² de peau 
Conception du site : Gala Moreau